« La question du médium et du média posée par Marshall McLuhan «Le message, c’est le médium» reste au centre du questionnement sur les enjeux des média numériques. L’interconnection originelle du message et du médium demande ici une attention particulière, il apparait que le message se trouve moins dans ce qui est donné à voir que dans le dispositif qui le fait exister. Toute notre manière de vivre et de concevoir le temps est peut être à réinventer face aux nouvelles modalités qui interviennent dans l’usage de ces interfaces : une relation machine/homme communicante, interactive capable de s’énoncer d’une manière autonome en sachant s’adapter à chaque situation de diffusion. »

« D’où vient cette obsession de l’interactif qui traverse notre époque ? Après la société de consommation, après l’ère de la communication, l’art contribue-t-il aujourd’hui à l’émergence d’une société relationnelle ? »
Esthétique relationnelle
Nicolas Bourriaud
Les presses du réel – domaine Critique et théorie de l’art

Nicolas Bourriaud tente de renouveler notre approche de l’art contemporain en se tenant au plus près du travail des artistes et en exposant les principes qui structurent leur pensée : une esthétique de l’interhumain, de la rencontre, de la proximité, de la résistance au formatage social. »
Commissaire d’exposition, écrivain, critique d’art et théoricien mondialement connu notamment pour le concept d’Esthétique relationnelle, Nicolas Bourriaud (né en 1965) vit à Londres où il est actuellement Gulbenkian curator for contemporary art à la Tate Britain. Il a été cofondateur et codirecteur, avec Jérôme Sans, du Palais de Tokyo à Paris de 2000 à 2006. Il a réalisé des expositions dans des centres d’art en France (CCC de Tours, Crac de Sète…) et à l’étranger (Fri Art à Fribourg, San Francisco Art Institute…). Il a cofondé la revue Documents sur l’art (1992-2000) et la revue Perpendiculaire (1995-1998).

Dans un cadre d’usage que vous définirez, après avoir dressé le panorama des questions et des réponses existantes concernant des enjeux d’usage similaires, vous réfléchirez à une proposition d’interface innovante.
Les aspects du développement technique devront être envisagés en fonction de la pertinence de leur utilisation dans la réponse globale, en fonction des enjeux d’usage, du contexte et de la faisabilité.

En quoi un art de relation se distingue-t-il de la communication ?
Jean-Louis Boissier, La relation comme forme. L’interactivité en art, Mamco, Genève, 2004

Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication, quelles propositions à la ville sociale?
http://hyperurbain.net/

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :